Courriers et audiences au ministère

Audience au ministère – jeudi 6 décembre 2007

Ce compte rendu est accompagné de deux nouveaux courriers : un aux deux conseillers rencontrés le 6 décembre pour préciser certains points abordés , un autre au directeur de la DEPP pour demander des statistiques sur notre discipline.
En post-scriptum les postes aux Capes 2008.

Le SNES (Roland Hubert, co-secrétaire général, Vassilia Margaria et Jean-Pierre Hennuyer groupe enseignants documentalistes) a été reçu par deux conseillers du cabinet : Rolland Jouve (social, enseignement privé, laïcité) et Mark Sherringham (Affaires pédagogiques).

Cette audience faisait suite à un courrier daté du 27
septembre

http://www.snes.edu/observ/spip/spip.php?article3444

Nous avons commencé par rappeler les enjeux de la formation à l’information documentation, notre conception du métier de professeur documentaliste. Nos interlocuteurs ont affirmé comprendre l’importance de cet enjeu et que c’était d’ailleurs un objectif affirmé depuis longtemps dans l’Ecole.

Nous avons alors longuement argumenté : les activités de recherche d’information sont bien citées dans les programmes scolaires des différentes disciplines, mais cela reste le plus souvent de l’ordre de l’incitation. Le lieu CDI est parfois nommé, plus rarement la collaboration avec l’enseignant documentaliste. Nous avons insisté sur le fait qu’il faut assurer une cohérence à ces apprentissages documentaires et que le responsable ne peut en être que le professeur documentaliste qui, depuis l’instauration du CAPES, a vu sa qualification d’enseignant reconnue. Nous avons présenté notre revendication d’instructions pédagogiques officielles, d’un curriculum avec une progression des apprentissages documentaires de la sixième à la terminale. Nous avons précisé qu’il fallait bien évidemment travailler en collaboration avec les collègues de discipline. Nous avons tenu à préciser que c’était bien là notre demande prioritaire et interrogé nos interlocuteurs sur l’éventualité d’une nouvelle circulaire de missions, texte datant de 1986, d’avant le CAPES de 1989 ; la seule réponse à ce jour étant celle de M.Roy qui nous avait annoncé, lors de notre dernière audience au ministère en juin 2006, que la DEGSCO allait réfléchir à la fonction documentation en EPLE. Nos interlocuteurs nous ont répondu qu’ils n’avaient aucune information sur les conclusions du groupe de travail de 2005/06 présidé par l’inspection générale EVS ni sur un tel groupe de travail à la DGESCO. Nous avons cité à titre d’exemple ce qui se fait en matière de formation à l’information documentation dans l’enseignement agricole et conclu par une demande de mise en cohérence de ce qui existe en offrant des perspectives pour une véritable formation des élèves.

Nous avons bien évidemment abordé la question du sous recrutement qui nous empêche d’exercer nos missions. Nous avons rappelé le nombre de postes aux concours, pour le moins en zigzag depuis ces dix dernières années et en chute libre depuis ces deux ans. Nous avons parlé des conséquences sur les taux d’encadrement dans les établissements, cité les chiffres que nous avions en notre possession sur les postes vacants ; décrit des situations académiques et locales précises. Nous avons parlé du problème des remplacements non assurés ou par le fait de personnels non qualifiés (CAE, TZR d’autres disciplines, personnels en reconversions). MM Jouve et Sherringham ont reconnu ne pas disposer de chiffres précis sur l’état des postes et de l’emploi dans notre discipline. Ils nous ont assuré qu’ils feraient en sorte d’obtenir des avancées en matière de statistiques, que la transparence était nécessaire. Ils nous ont même promis que les enseignants documentalistes figureraient dans la prochaine publication des « repères et références statistiques » de la DEPP. Concernant les reconversions, ils nous ont aussi renvoyé aux conclusions de la commission Pochard, à l’élaboration des livres vert et blanc. Mais ils nous ont précisé que si c’était bien fait, il ne trouvait rien de choquant à cela, d’autant plus que l’enseignant documentaliste, n’est pas, je cite « dans un face à face pédagogique ». Nous avons répondu que le problème était justement que la reconversion n’était accompagnée la plupart du temps d’aucune formation digne de ce nom et que l’enseignant documentaliste était régulièrement dans « un face à face pédagogique » tout à fait similaire à celui d’un enseignant d’une discipline lambda.

Nous avons terminé cet entretien en évoquant tous nos contentieux statutaires :

- rémunération des travaux supplémentaires. Nous avons rappelé que ce problème perdurait depuis la création du CAPES en 1989, cité des situations précises : enseignants documentalistes initiateurs, coordonnateurs et animateurs de projets qui ne pouvaient se faire rémunérer comme leurs collègues d’autres disciplines. Nous avons aussi fait référence à la circulaire du 4 novembre dernier qui fixe le taux du paiement des heures supplémentaires pour l’accompagnement éducatif à 15,86 euros de l’heure pour les certifiés documentalistes. La réponse a été très claire : « nous souhaitons revaloriser les heures supplémentaires et il n’y a pas de raisons d’appliquer un taux différent aux enseignants documentalistes, vous êtes des personnels certifiés ».
- agrégation, inspection spécifique : nous avons dit le mécontentement devant l’impossibilité d’accéder au grade d’agrégé, le discrédit de la plupart des IPR EVS et notre désaccord avec les positions de l’IG EVS notamment à travers le protocole national d’inspection ; nous avons précisé rapidement que nous ne récusions pas le concept de politique documentaire mais que nous ne voulions pas devenir conseiller auprès du chef d’établissement. Nos interlocuteurs semblaient ignorer l’existence de ce texte.

Nous avons eu le sentiment que nos interlocuteurs considéraient les documentalistes comme des enseignants à part entière. Ils se sont montrés attentifs, à l’écoute de nos propositions.

Ils se sont un peu engagés sur le dossier des heures
supplémentaires. Nous restons plus circonspects sur une avancée concernant nos missions pédagogiques. MM Jouve et Sherringham nous ont sollicité pour des compléments d’informations. Nous leur avons donc fait parvenir le courrier ci joint.

Compte-rendu établi par JP Hennuyer et V Margaria, co-responsables du groupe enseignants documentalistes - secteur contenus


Post-Scriptum

Les postes aux concours 2008 viennent d’être publiés : Capes externe : 135 (180), interne : 42 (50), 3ème concours : 15 (20)

Vous pouvez réagir à ce compte rendu, à ces deux nouveaux courriers en nous écrivant à documentalistes@snes.edu

Autres articles de la rubrique Courriers et audiences au ministère