Audiences institutionnelles

Audience IG de SVT - SNES du 1er février 2006

Présents :

IG : A. Mamecier, G. Bonhoure, J.L. Michard, G. Ménand, D. Rojat

Snes : J. Besnard, L. Cotton, G. Jean, V. Sipahimalani

Certaines de nos questions sont restées sans réponses précises des IG : le Haut Conseil pour l’Ecole (HCE) n’est pas encore opérationnel, et la Direction de l’Enseignement Scolaire est en transformation complète (Lolf oblige...).

Diplôme National du Brevet

Les IG sont toujours en attente de l’avis du HCE.
Du nouveau peut-être fin février.

SNES : le Snes n’est pas demandeur d’une épreuve écrite de SVT (risques de bachotage et de groupes de niveau déterminés par le choix de la matière à l’écrit).

Socle commun

IG : d’après le ministre,le socle sedra mis en place en place avant 2007. Les IG ont eu le document de la presse.
L’IG a été auditionnée par MM Bach et Pietryk (en même temps que l’Académie des Sciences) et leur a remis un document, dont le fond semble avoir été repris par la Desco mais pas la forme.
Ce n’est pas un texte opérationnel mais philosophique.
Si socle il y a, il faudra en déterminer dans le même temps l’évaluation. L’évaluation fin collège ne suffit pas pour la remédiation. Fin primaire, pendant collège ?
Ce n’est pas un programme au rabais. Sur quelle structure le HCE va-t-il s’appuyer pour ré-écrire les programmes ou les mettre en place ? Les nouveaux programmes seront-ils revisités ? Tous revisités ?

SNES : il faut laisser les programmes de collège se stabiliser, ne les modifier au plus qu’à la marge. La remise en cause de programmes non installés pose problème aux enseignants comme aux élèves. Peu d’écoute du MEN à ce sujet.

Programmes SVT 3ème et thèmes de convergence

IG : les travaux sur le programme de 3ème lui-même sont au point mort.

Le groupe de relecture travaille sur
- les compléments de 4ème et 3ème
- les thèmes de convergence (travail en interdisciplinarité : Bach + Pietryk + IPR + Enseignants)
Les IG d’HG ont été contactés à la suite des premiers thèmes. Le groupe Bach se situe autour du "pôle sciences" , par conséquent il ne peut « structurellement » pas mobiliser les matières non scientifiques.
Les disciplines rédigent chacune un thème (SVT : santé + environnement).

Créationnisme

IG : Mme Dambricourt (scientifique française favorable à une détermination de l’évolution, dans la continuité de Theillard de Chardin) a démissionné, il n’y a plus de labo créationniste au Muséum. Ses travaux n’ont pas la notoriété qu’Arte leur a prêté. Les universitaires évolutionnistes et l’Académie des Sciences ont répondu. On ne change rien aux programmes.
Ici ou là des élèves s’expriment, mais attention à ne pas faire de publicité autour de Mme Dambricourt.
Certains arguments irrationnels sont plus faciles à manipuler que les arguments scientifiques (cf. procréation, énergies nouvelles, colonisation etc.)

Option sciences en 2de

IG : en réflexion car ces « options » sont dans l’air du temps.
A Montpellier (20 lycées), Lille, Nancy, Créteil, Orléans, Besançon. Demande à Rennes.
Versailles : cas particulier, car option SVT seulement (MI-SVT). Il y a un risque de filiarisation. Le bilan montre la nécessité d’un travail codisciplinaire. L’informatique doit pouvoir être utilisée sans être une contrainte.

Objectifs [NDLR : ce sont ceux strictement de « Actions Sciences »] :
- donner de l’appétit pour les sciences (autonomie, action, codisciplinarité, pas de connaissances supplémentaires), mise en place de suivi de cohorte et d’individus sur 4/5 ans pour voir l’effet sur les vocations ?
- féminiser : plus de filles, qui s’orientent après sur les autres sciences (pas encore de chiffres)
- améliorer le processus d’orientation en fin de 2de, voir en quoi une appréciation globale est une plus-value / la somme des 3 disciplines. Evaluation et profilage.
- remédiation. Ce n’est pas une option élitiste ni une propédeutique à la 1ère S. La population doit être diversifiée. Amélioration des résultats disciplinaires pour les élèves de cette option.
La mixité est essentielle. Le but n’est pas une filière d’élite. Pour éviter cette dérive : ouvrir l’option partout (alors pourquoi pas dans le tronc commun ? NDLR).

Continuité de ce type de travail et non parachutage :
- acquisition de l’autonomie par rapport à la pratique (avec 2 thèmes traités dans l’année, façon TPE) ;
- meilleure identification des compétences et des critères des différentes épreuves de bac par les élèves ;
- rappel des thèmes de convergences par l’approche codisciplinaire ;
- ouverture sur l’extérieur de l’école et production (gamme pour les TPE).

Peut aussi permettre une sorte de découverte professionnelle, en découvrant que la représentation que l’on a d’un domaine est fausse quand on passe aux professions (ex. : chimiste de l’environnement).

SNES :
- comment cette filière ne serait-elle pas sélective ? Les classes seront profilées selon cette option ;
- risque de bluffer les élèves : option intéressante, mais on ne travaille pas comme ça en 1ère S ni en TS ;
- risque également de diminution des horaires scientifiques du tronc commun ;
- enfin, ce sont des heures en plus pour des disciplines qui sont déjà dans le tronc commun, à la différence des autres options. Même si le principe est intéressant, les effets sur l’autonomie des élèves ne sont pas encore évalués et on ne sait pas ce que ça va donner en post-bac. L’option se fera automatiquement au détriment d’une autre discipline optionnelle, or une option de détermination devrait être l’occasion de découvrir une nouvelle matière. Il y aura un problème surtout si on passe à une seule option de détermination.
Les collègues sont très satisfaits d’avoir créé leur "petit paradis" et il est légitime qu’ils se soient impliqués. Mais s’il y a un constat d’échec du tronc commun, il ne doit pas conduire à la dérégulation.

IG : on est toujours dans des arbitrages. L’option prépare les élèves aux TPE et ils sont plus à l’aise en première dans la démarche d’investigation, ce qui fait gagner du temps au professeur en classe.
Cette option permet une ouverture vers d’autres disciplines. Un des sujets pris a souvent une connotation environnement / EEDD. Il faut faire attention au pilotage par les SVT, car il est facile de trouver un sujet large en SVT, qui appelle ensuite SP et maths.
Il y a des initiatives de recteurs pour combler un vide, et répondre à l’appétence pour les sciences. Les expérimentations sont donc conduites par les recteurs, qui n’ont pas de lien de hiérarchie avec l’IG.
Un texte de cadrage est en préparation.

SNES : dans un système dérégulé, ce sont les élèves qui connaissent le moins le système qui en font les frais. Attention à la concurrence entre établissements pour telle ou telle offre. Elle existe déjà pour les langues et quelques options de SP, il ne faudrait pas que cela diffuse.

Evaluation des capacités expérimentales

IG : meilleure cohésion SP / SVT cette année : dispositions communes.

Banque :
- finalisée
- relecture en cours
- enrichie : 80 à 85 sujets
- sera mise en ligne (ainsi que la présentation des sujets de sciences physiques) car ces sujets n’ont pas le statut d’un sujet de bac, mais sous une version de démonstration
- CD : totalité des sujets ? seulement les 25 retenus ? diffusé avant les congés de printemps. Les IPR les auront lors de la réunion des 14/15 mars.

Les sujets ont été travaillés avec des IPR, des collègues, et l’APBG pour les faire évoluer :
éviter le bachotage,
améliorer le lien entre la manipulation effectuée par l’élève et la demande scientifique.

Les évolutions sont largement dues aux remontées académiques.
Il y a enrichissement mais pas bouleversement.
C’est bien une ECE et pas une épreuve écrite bis.
Le barème a aussi été revu, en particulier pour la spécialité (pb avec exao).

Les 25 sujets sélectionnés seront des sujets « classiques ». La banque permet de montrer aux professeurs la richesse des possibilités.
On voit des TP partout sur le terrain, maintenant !

Horaires

Les IG continuent de demander 2h de TP en terminale. Rien sur 1ère L et ES : l’obtention de l’écrit c’est déjà très important.

Collège : sur les groupes en 6ème, c’est aux IPR / IA de veiller sur le terrain, mais ce sont les chefs d’établissement qui décident. Rien n’est indiqué dans la circulaire de rentrée. L’horaire est donné dans le programme sans injonction possible sur le terrain.

SNES : il y a par-ci par-là des majorations de services pour les collègues passant plus de 8h devant moins de 20 élèves. Pas de texte autre que celui de 1952 concernant les TP. Or il s’agit de cours-tp au collège, et les collègues sont assez seuls.

IG : demande aux IA-IPR d’être très vigilants. Mais il n’y a pas de hiérarchie directe entre Inspection et Recteurs.
Programmes de 6ème
SNES : la mise en œuvre des sorties est difficiles dans les villes, car pas de financement.

IG : si une classe de terrain est inscrite au programme, elle doit être votée en CA et prise en charge sans participation des familles (cf rapport IGAEN). Les autres voyages sont laissés en suspend... La sortie en ville n’a pas besoin d’être bien loin : espaces verts. Lien avec HG sur l’environnement urbain : EEDD sans effort ! ! !

Autres articles de la rubrique Audiences institutionnelles