Courriers et audiences au ministère

Enseignants documentalistes

Audience DGESCO du 13 février 2008 Des réponses qui n’en sont pas

Le groupe documentation, représenté par Danielle.Courtoux, Vassilia. Margaria, Patrick. Laîné et Jean Pierre Hennuyer a été reçu avec Roland Hubert, co-secrétaire général, par Madame Monlibert de la sous direction des écoles, des collèges et des lycées généraux et technologiques et une collaboratrice, Mme Gohin.

- "Quelle est, quelle sera la place des enseignants documentalistes dans les diverses réformes en cours ? Pourquoi n’ont-ils pas été cités dans le livre vert ? Seront-ils écartés de toute discussion sur la revalorisation de leur métier ?"

- "Ce n’était qu’une commission, je transmettrai votre remarque, vous pouvez faire des propositions pour le livre blanc."

- "Nous n’avons jamais eu connaissance du projet de circulaire de missions de 2005. La DESCO faisait partie du groupe de travail présidé par M Durpaire. Cela fait-il toujours partie de vos projets ? "

- "Oui, on doit en reparler avec votre inspection générale. On partira de l’existant, de ce qui se fait déjà dans certaines académies et on va construire un calendrier en fonction des réformes en cours."

Le SNES a réaffirmé son exigence d’une consultation de la profession avec des délais sérieux si ce projet est relancé et précisé qu’une nouvelle circulaire de missions n’avait de sens que si elle était accompagnée d’instructions pédagogiques.

Nous avons rappelé l’existence du protocole d’inspection de l’IGEVS, son aspect officiel ou officieux selon les académies et nos points de désaccord sur ce texte que nous allons formaliser par un courrier.

Réponse " Ce n’est peut être pas à proprement parler un texte qui a valeur nationale, ce sont des pistes".

Nous avons beaucoup insisté sur notre attachement à l’aspect pédagogique du métier, qui n’a été reconnu que très ponctuellement par des dispositifs successifs (IDD, TPE, PPCP).

" Il est évident que les enseignants documentalistes ont un rôle à jouer."

Nous évoquons notre demande d’un curriculum en information documentation, la nécessité d’une réflexion pour la classe de seconde, le caractère réducteur de quelques items du B2i, l’aléatoire des collaborations pédagogiques faute de cadrage national.
Un débat s’instaure mais notre interlocutrice reste dans le vague et écarté l’idée d’instructions officielles, d’un « programme », elle parle de transversalité comme pour l’histoire des arts. Ce à quoi nous avons rétorqué que ce modèle n’en était pas un pour nous.

Nous citons les recommandations très intéressantes du rapport "Education aux médias" de Catherine Becchetti-Bizot et Alain Brune, paru en août 2007. La Degsco ne semble pas s’être penchée sur les conclusions de ce rapport.

Mme Montlibert reconnaît que l’Institution est tout à fait consciente que les élèves français ne sont pas suffisamment autonomes mais que les horaires étant supérieurs à la moyenne européenne, il n’est pas question d’aller vers une augmentation du nombre d’heures de cours. Ce à quoi nous avons répondu que dans l’horaire global de l’élève, plutôt que de faire de l’accompagnement éducatif, il serait bon de repenser l’organisation du travail en intégrant les contenus info documentaires.

Dans le cadre de la refonte des programmes du collège, il n’y aurait pas, selon notre interlocutrice, d’instructions précises pour que les enseignants de ces disciplines soient amenés à travailler avec les enseignants documentalistes, au CDI. Mais ces programmes ne sont encore qu’à l’état de projet.

Pourquoi les engagements de précisions pour les certifiés documentalistes dans le Cahier des charges IUFM n’ont-ils pas été tenus ?

" Il y a bien eu une promesse en CSE qu’une annexe spécifique verrait le jour mais le chantier n’est pas lancé. C’est uniquement un retard et non une opposition de principe".

Nous avons rappelé nos demandes de modules communs entre stagiaires documentalistes et leurs collègues de discipline pour tous les IUFM.

Nous avons conclu cet entretien en souhaitant pouvoir enfin entamer avec la DGESCO un véritable dialogue sur les missions pédagogiques des professeurs documentalistes et sur les contenus d’enseignement en information documentation.

Les réponses sont souvent restées évasives et le SNES continuera ses interventions notamment dans le cadre de la préparation du livre blanc.

Autres articles de la rubrique Courriers et audiences au ministère