Actualité théâtrale

Ciné 13 Théâtre - Partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 5 janvier 2013

"Au plus simple" Texte et mise en scène de Frédéric Tokarz

Benoît annonce à Tiphaine qu’il a invité à dîner Alex, son collègue, un ami du couple depuis toujours, qui se retrouve seul après une séparation. Tiphaine, de son côté, a invité Émilie, une amie récente, célibataire et qui ne connaît pas encore Benoît.

Alex arrive le premier et l’idée vient au trio, pour le simple plaisir du canular d’inverser les rôles, de présenter à Émilie, Alex comme le mari de Tiphaine et Benoît, comme l’ami du couple.

Ce qu’ils ignorent, c’est que cette idée de potache qu’ils imaginaient comme un jeu anodin, va avoir des conséquences plus profondes qui transformeront le quiproquo en situations grinçantes et en règlements de comptes.

L’idée n’est pas neuve, mais la vigueur de jeu des comédiens convient bien à la supercherie et à la cascade de situations qu’elle engendre.

Le rythme est vif, le ton est à la bonne humeur et quand apparaissent les premiers accrocs dans le déroulement de la soirée, on est encore dans la comédie.

Frédéric Tokarz aurait dû s’en tenir aux ressorts provoqués par l’échange des rôles. Cela aurait suffi à alimenter, avec les rebondissements, une comédie livrée à la tonicité des comédiens, sans autre prétention que celle d’amuser.

Lorsque le canular lancé comme un jeu anodin, revient en boomerang et réveille de vieux sentiments qu’on avait enfouis, la pièce parvient, malgré les grincements venus du passé, à rester dans le domaine de la drôlerie.

Le tort qu’a eu Frédéric Tokarz est d’avoir "chargé la barque" avec des rajouts faisant référence à des problèmes actuels : précarité professionnelle, délocalisation, endettements des jeunes couples, négociations avec les banques…

Sans doute a-t-il pensé qu’en incluant dans la comédie des éléments venant en rupture, il allait donner plus de tenue à sa pièce.

Or, ces rajouts qui ne "prennent" pas s’avèrent inutiles.

A cette réserve près, l’échafaudage des quiproquos, l’imbrication des situations, l’entrecroisement des subterfuges sont plutôt adroits et l’ensemble fonctionne bien.

Le public qui n’est venu là que pour une heure et demie de divertissement trouve son compte avec ce spectacle qui est une agréable "bulle".

Francis Dubois

Ciné 13 Théâtre, 1 Avenue Junot 75 018 Paris

Théâtre LEPIC

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 54 15 12

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)