US 690 du 16 janvier 2010

Au lycée : Slovaquie

Jan Gasperan, président du syndicat OZPSAV (Syndicat des
travailleurs de l’éducation et de la science) s’exprime.

En Slovaquie, les chefs d’établissement sont
nommés par les autorités éducatives pour
une durée de cinq ans (renouvelables). Représentants
au plan statutaire des établissements,
ils ont un pouvoir décisif en matière de ressources
humaines : ils embauchent ou licencient
les personnels ; ils décident également
de la « part modulable » du salaire, avec des
cas flagrants de gestion autoritaire de la part de
certains chefs d’établissement, en particulier
ceux qui sont en poste depuis plus de dix ans.
Cette attitude se manifeste par un autoritarisme
déplacé : on voit des membres de la
famille ou des amis (du chef d’établissement)
être embauchés comme nouveaux personnels.
Lorsqu’il est question de supprimer des postes
d’enseignants en raison de la baisse du nombre
d’élèves, le point de vue subjectif du chef d’établissement
est souvent décisif, non la qualité de
l’enseignement dispensé.
Ceux qui sont proches personnellement du
chef d’établissement perçoivent parfois une
rémunération plus élevée que d’autres grâce à la « part modulable » qui leur est versée sans respecter les critères réglementaires.

COMMENT RÉAGIT OZPSAV
Un(e) délégué(e) syndical(e) pouvait siéger en
tant que tel dans un conseil d’établissement mais
cette disposition a été supprimée, nous essayons
d’être présents au sein de ce conseil en déléguant
quelqu’un dans le collège des personnels enseignants
et celui des non-enseignants. La législation
actuelle donne la possibilité aux syndicats d’évaluer,
chaque année, les conditions de travail ainsi
que les conditions de sécurité et santé, le règlement
des salaires versés aux personnels, la trésorerie
disponible et le respect des normes légales,
etc. Des délégués syndicaux d’OZPSAV contrôlent
régulièrement la situation des établissements.
Les résultats de ces contrôles sont transmis à la
Confédération syndicale, un rapport final est soumis
au ministère. D’autres activités se font sur la
base de requêtes individuelles formulées par nos
adhérents, incluant une aide juridique.

Propos recueillis et traduits par Odile Cordelier

Autres articles de la rubrique US 690 du 16 janvier 2010

  • Histoire des arts : bazar !
    Beaucoup de collègues nous alertent sur les conditions de mise en oeuvre de l’histoire des arts et sur le manque de cadrage de l’épreuve. Le SNES s’est d’ailleurs adressé au ministère pour exiger un... Lire la suite (Janvier 2010)
  • STMS et biophysiopathologie
    L’enseignement exploratoire en Seconde réduit à 1 h 30 est inacceptable. Mais celui de « Santé et social » réduit à 45 minutes pour chacune des disciplines STMS et biophysiopathologie, c’est vraiment... Lire la suite (Janvier 2010)
  • Programmes et réforme du lycée : trop vite !
    Le SNES a rencontré plusieurs inspecteurs généraux sur la mise en place de la réforme ; partout, la précipitation est totale : les programmes sont ébauchés, ou toilettés, et soumis à consultation... Lire la suite (Janvier 2010)
  • Victoire pour le lycée Neruda
    Les enseignants et les élèves du lycée technologique Neruda à Dieppe ont bloqué durant près de deux semaines les locaux administratifs de leur établissement afin de conserver une section de BTS... Lire la suite (Janvier 2010)
  • Assises des formations technologiques
    29 janvier : Assises des formations technologiques « une voie de réussite pour les jeunes » Dans le débat sur la réforme du lycée, la place des séries technologiques doit être cruciale. Ces séries ont... Lire la suite (Janvier 2010)