Assistants chargés de prévention et de sécurité

Assistants chargés de prévention et de sécurité

Les assistants chargés de prévention et de sécurité (APS) sont mis en place afin d’augmenter, dès la rentrée scolaire 2012, le nombre des adultes présents dans les établissements scolaires les plus exposés aux phénomènes de violence et dont le climat nécessite d’être particulièrement amélioré.

Le SNES s’est opposé à la mise en place de cette catégorie d’AED. Il ne peut accepter que des personnels assurent des missions de sécurité déconnectées des missions éducatives des établissements. C’est pourquoi le SNES appelle les représentants des personnels dans les CA des EPLE à transformer toute demande de recrutement d’APS faite par le chef d’établissement en un recrutement d’AED "traditionnel."
Le premier bilan de la mise en place des Assistants de prévention et de Sécurité montre des difficultés d’intégration dans les équipes et le risque de superposition des interventions éducatives. Leur augmentation n’est pas prévu pour la rentrée 2013 et la formation des nouveaux recrutés ne sera pas faute de financement à la hauteur de celle de 2012.

Les assistants chargés de prévention et de sécurité (APS) ont été mis en place à la rentrée scolaire 2012 afin "d’augmenter le nombre des adultes présents dans les établissements scolaires les plus exposés aux phénomènes de violence et dont le climat nécessite d’être particulièrement amélioré". Ce dispositif faisait suite à l’élection présidentielle, c’était une promesse de campagne.

Le SNES s’est opposé à la mise en place de cette catégorie d’AED. Il ne peut accepter que des personnels assurent des missions de sécurité déconnectées des missions éducatives des établissements. C’est pourquoi le SNES a appellé les représentants des personnels dans les CA des EPLE à transformer toute demande de recrutement d’APS faite par le chef d’établissement en un recrutement d’AED "traditionnel."

Le premier bilan de la mise en place des Assistants de prévention et de Sécurité montre des difficultés d’intégration dans les équipes et un risque de superposition des interventions éducatives. Leur augmentation n’est pas été prévu pour les rentrées suivantes et la formation des nouveaux recrutés ne sera pas automatique faute de financement à la hauteur de celle de 2012.
http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=61301