Année 2004

Alternance et nouvelle Troisième

Le SNES a rencontré le 24 mai le directeur des enseignements scolaires pour faire le point sur la future classe de Troisième et le dossier « alternance ». Depuis, le ministère a dévoilé publiquement son projet.

Vous trouverez en page 1 la réaction du SNES. Nous avons rappelé que l’alternance ne pouvait être envisagée que pour un « public » d’élèves très restreint, à titre transitoire, afin de trouver une solution immédiate pour les jeunes qui quittent le système éducatif sans qualification et que, sans remettre en cause le principe des stages en entreprise, c’était l’alternance avec le LP qui devait être privilégiée. Nous avons demandé par ailleurs un pilotage sérieux par les IA, une formation des personnels et des moyens spécifiques.

Un nouveau texte devrait insister sur le pilotage des IA et mieux préciser le « public » visé : l’alternance dérogatoire concernerait essentiellement le niveau Quatrième (environ 2 à 3 % des élèves). L’année suivante, les élèves auraient vocation à rejoindre une Troisième avec option lourde de 6 heures de découverte professionnelle mais des dispositifs d’alternance dérogatoire (du type Troisième d’insertion actuelle) pourraient être maintenus pour quelques élèves. Il faudra vérifier que nos critiques ont bien été entendues.

Pour la classe de Troisième et la découverte professionnelle, nous avons demandé que l’option 3 heures soit réellement offerte à tous les élèves qui la demandent, avec maintien de la LV2 pour le plus grand nombre et sans constitution de classe spécifique. Comme pour l’alternance, nous avons demandé que l’option lourde de 6 heures concerne un nombre limité d’élèves, au profil scolaire mieux défini, avec pilotage de l’IA et dotation spécifique. Un nouveau projet d’arrêté nous a été remis en séance. La technologie est maintenue dans le tronc commun mais son programme (en cours d’élaboration) intégrerait « des éléments au choix de l’élève, en référence aux enseignements de Seconde ». Nous avons contesté cette conception, la baisse de l’horaire élève en physique et technologie, et la logique de globalisation des moyens dans le pôle "sciences et techniques" Nous avons obtenu l’abandon de l’expérimentation des enseignements artistiques et la non-introduction de l’option et la non-introduction de l’option « initiation aux langues et cultures de l’Antiquité » (qui aurait pu menacer, à terme, les options latin et grec).

La DESCO nous a affirmé que l’option 3 heures de découverte professionnelle serait offerte à un public large et totalement réversible, au même titre que n’importe quelle option facultative. Le nouveau ministre serait favorable à notre proposition d’une épreuve orale de LV au brevet mais a décidé de se donner plus de temps pour rénover cet examen : les textes qui seront sou- mis au CSE du 24 juin et à la commission spécialisée du 10 juin ne porteront donc que sur la classe de Troisième et la circulaire sur l’alternance. Nous aurons l’occasion d’y revenir dans une prochaine US.

Monique Parra-Ponce

Autres articles de la rubrique Année 2004

  • CONSEIL SUPÉRIEUR DE L’ÉDUCATION DU 1ER DÉCEMBRE 2004
    Technologie collège. Le préambule du programme, et le programme de Sixième ont été présentés. Le CSE n’a qu’un avis consultatif. L’alternative était la suivante : laisser le texte d’origine en l’état,... Lire la suite (Décembre 2004)
  • Mathématiques en STG
    Le SNES a rencontré le groupe chargé du programme de mathématiques en STG. Selon les spécialités de Terminale, l’horaire de mathématiques de Terminale sera de deux ou trois heures. Le programme de... Lire la suite (Décembre 2004)
  • SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES
    Les sciences économiques et sociales et la filière ES risquent de payer un très lourd tribut si le projet de loi devait être maintenu en l’état. Le nouveau projet de loi présenté par le ministre de... Lire la suite (Décembre 2004)
  • Langues vivantes : baccalauréat 2005
    Des modifications des épreuves écrites de langues vivantes du bac 2005 avaient été annoncées à des collègues par des IPR. Le SNES avait adressé un courrier au doyen de l’inspection générale pour lui... Lire la suite (Décembre 2004)
  • BACCALAURÉAT : Quand moderniser rime avec casser
    Le ministère annonce sa volonté de moderniser le baccalauréat. Hélas ! pour lui moderniser signifie simplement diminuer le nombre d’épreuves et non repérer les savoirs, savoir-faire et autres... Lire la suite (Décembre 2004)