Actualité théâtrale

Théâtre des Quartiers d’Ivry, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 2 février 2014.

"Agnès" de Catherine Anne et "L’école des femmes" de Molière. Mises en scène de Catherine Anne.

Le théâtre des Quartiers d’Ivry donne en alternance en semaine, et en intégrale les fins de semaines, "Agnès" de Catherine Anne et "L’école des femmes" de Molière dans des mises en scène de Catherine Anne.

Le lien entre les deux textes est très ténu. Il tient au fait que dans les deux, l’héroïne se prénomme Agnès et que la distribution est la même, constituée uniquement de comédiennes.

La pièce de Catherine Anne (écrite en 1993) met en scène un père incestueux qui a, par excès d’amour ou de perversion, abusé régulièrement de sa fillette depuis qu’elle a douze ans.

Chacun, dans l’entourage, a refusé de considérer la réalité et les preuves tangibles de l’inceste ont été niées ou détruites.

Agnès, éprouvée par les actes d’un père au demeurant violent, par une grossesse interrompue, un procès et une condamnation de son géniteur à une peine de prison, aura du mal à se reconstruire, même si ses études reprises lui permettront de devenir avocate et de défendre la cause de fillettes abusées…

La pièce insignifiante de Catherine Anne dont les articulations sont toutes "cousues de fil blanc" manque de poids, d’écriture et de construction, pour se mesurer à " L’école des femmes " de Molière.

Quel rapport peut-il justifier un rapprochement entre les deux pièces ?

L’Agnès de Molière, quoique cloîtrée par Arnolphe, met sa candeur au service de sa liberté de jeune fille, se joue des interdictions et sort gagnante d’une aventure où elle n’a jamais été mise en péril.

L’Agnès de Catherine Anne, dont le personnage relève du fait divers scabreux, semble être une victime pour la dénonciation des faits, mais surtout pour mieux faire la preuve qu’il est difficile et souvent impossible de sortir un jour d’une telle épreuve et de reconsidérer désormais une présence masculine autrement que comme un danger.

Reste à mentionner la performance d’actrice (trop souvent absente de nos plateaux de théâtre) de Marie Armelle Deguy dans les rôles du père incestueux et d’Arnolphe, et la belle tenue du jeu de Caroline Espargilière qui interprète Agnès adulte dans la pièce de Catherine Anne et Horace dans "L’école des femmes".

A voir, pourquoi pas ?

Francis Dubois

Théâtre des Quartiers d’Ivry Antoine Vitez 1 rue Simon Dereure 94 200 Ivry.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 90 11 11

www.theatre-quartiers-ivry.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les deux frères et les lions »
    Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Novecento »
    Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui... Lire la suite (Septembre 2017)