V comme... Vie scolaire

Accueil du surplus de la permanence/utilisation du CDI en l’absence de l’enseignants documentaliste

Cadre : Type d’établissement : collège

Environnement : Rural

Niveaux : 4 6ème - environ : 4 5ème - 3 4ème - 2 3ème

Nombre d’élèves : environ 350 élèves

Nombre de docs : 1 personne en réadaptation + 1 TZR rattaché à l’établissement (2 mois)

Autres personnels au CDI : 1 CES

Taille et état du CDI : au rez-de-chaussée, tout neuf, espace équivalent à 2 salles de classe non séparées. Fonds veillot. 1ordinateur pour la gestion du CDI (avec Diderot). 1 poste multimédia (sans Diderot, mais avec imprimante) pour les élèves.

Situation :

A la rentrée 99, une heure CDI par ½ groupe est inscrite à l’emploi du temps de toutes les sixièmes pour la première fois. C’est assez bien fait car le principal a prévu que les ½ groupes d’une même classe passent deux heures à la suite. Cet horaire permet aussi aux professeurs de français d’avoir une heure par semaine en ½ groupe (l’autre étant au CDI). Le premier problème est que les élèves n’ayant pas cours sont envoyés au CDI pendant que les sixièmes ont ces heures CDI.

Le CPE justifie ceci par le fait qu’il ne dispose pas toujours de surveillants pour organiser une étude. Mais difficile de faire cours et de surveiller ou aider d’autres élèves en même temps.

Deuxième problème : le CDI est utilisé le soir et en dehors des heures où sont les documentalistes, par des emplois jeunes pour faire de l’aide aux devoirs avec des élèves (parce qu’il n’y a pas d’autres salles disponibles au rez-de-chaussée). Les documents du CDI ne sont pas toujours rangés convenablement le lendemain (doux euphémisme !)

- 1 Que faire dans le 1er cas ? Des professeurs " classiques " accepteraient-ils de faire cours avec un groupe d’élèves discutant dans le même espace ? Mais que faire des élèves quand il n’y a pas assez de surveillants ?

- 2 Le CDI n’appartient évidemment pas aux documentalistes, mais si ceux-ci n’arrivent pas à retrouver les documents parce qu’ils ont été mal rangés, voire empruntés sans être notés, la situation n’est pas satisfaisante non plus.

Proposition de réponse :

- 1 L’enseignant-documentaliste est seul décideur en matière d’organisation de ses séquences pédagogiques. Le CPE n’a aucun pouvoir sur le CDI. Seul le chef d’établissement peut imposer quelque chose et uniquement dans les domaines qui le concerne, la pédagogie restant l’apanage des IPR. Si la discussion avec le CPE et la recherche de solutions de remplacement (prêt d’ouvrages) n’aboutissent pas, ne pas hésiter à porter le litige devant le chef d’établissement et/ou le CA. Informer lesautres collègues de vos démarches et penser à vous faire accompagner ou représenter (témoin) en cas de blocage de la situation.

- 2 Rappeler la circulaire de 86 et nos responsabilités vis-à vis du centre (gestion, fonds). Rechercher des solutions de remplacement (autre lieu, prêt d’ouvrages). Mettre le chef d’établissement face à ses responsabilités. Ne pas hésiter à informer l’IPR.

Autres articles de la rubrique V comme... Vie scolaire