V comme... Vie scolaire

Accueil des élèves et aménagement des horaires du CDI

Cadre : LEGT de 500 élèves, ville moyenne.

1 documentaliste, temps plein, 10 ans d’ancienneté dont 5 ans dans l’établissement. Pour pouvoir ouvrir le mercredi matin, la documentaliste ferme les jeudis et vendredis à 15h et 16 heures. Les autres conditions matérielles n’intervenant pas dans cette étude de cas, il paraît inutile de les développer.

Situation : A l’occasion de la mise en place des TPE, un collègue de mathématiques se rend compte que le CDI étant fermé à l’heure où il a les Premières S sous sa responsabilité, il ne pourra les y envoyer en "autonomie". Cet enseignant qui est dans l’établissement depuis huit ans, n’a jamais sollicité le CDI auparavant. Il demande une entrevue au Proviseur et exige qu’il impose à la documentaliste de modifier ses horaires pour que ses élèves puissent s’y rendre. A aucun moment il n’a informé la documentaliste de ses "besoins" ni, surtout, de sa démarche.

Que peut répondre la documentaliste au Proviseur (embarrassé), qui lui fait part de la démarche du collègue et de sa demande ? Quelle attitude doit-elle adopter vis à vis du collègue ?

Proposition de réponse :

Si nos horaires sont évoqués dans différentes circulaires, nos emplois du temps, eux, ne sont régis par aucun texte qui préciserait à quel moment nous devons être présents. A priori rien ne nous empêcherait de travailler la nuit ou le dimanche, en l’absence d’élève, etc. On peut demander à émettre des voeux en fin d’année scolaire comme nos autres collègues enseignants, cela se fait dans quelques établissements. La plupart du temps les documentalistes établissent leurs emplois du temps en fonction des besoins des collègues, des besoins des élèves et de leurs propres contraintes.

Cette négociation à l’amiable pose pourtant parfois quelques problèmes.

Justifiez vos choix auprès du chef d’établissement et de lui seul. Si une contre-proposition est faite, l’étudier soigneusement et argumenter. Si ce que l’on tente de vous imposer est critiquable, en référer à l’IPR.

N’acceptez aucune pression, mais faites des contre proposition jusqu’à ce que vous arriviez à un consensus. Une fois l’emploi du temps établi, il est possible de l’adapter ou de le modifier, dans l’intérêt des uns comme des autres. Mais des modifications trop fréquentes, rendraient peu crédible notre fonctionnement. Dans ce cas précis, si des modifications ne sont pas acceptables, rappeler au chef d’établissement le pourquoi des choix qui ont été faits.

Faire remarquer que sous prétexte d’améliorer l’accueil de certains élèves, d’autres seront pénalisés.

Remettre en mémoire, au chef d’établissement comme au collègue, que nous ne devons "que" 30 heures.

Éventuellement chercher une solution de remplacement avec le collègue (préparation et prêt des documents à la classe, ouverture exceptionnelle en cas de besoin, ou par l’enseignant pour sa seule classe après concertation et préparation du travail avec le documentaliste). Rien n’empêche de rajouter, à l’attention du collègue, que nous sommes très heureux qu’il ait enfin pris conscience de notre présence et que si la documentation avait été prise en compte dans la préparation des TPE, il n’y aurait pas eu de malentendu !

Autres articles de la rubrique V comme... Vie scolaire