Archives 2010

A situation exceptionnelle, rentrée exceptionnelle ! Info rapide n° 1 Seprembre 2010

La politique de régression et d’injustice sociale menée par ce gouvernement éclate désormais au grand jour.

La tentative estivale de diversion sécuritaire et de stigmatisation d’une partie de la population au mépris des droits constitutionnels n’a pas effacé le cynisme avec lequel ce pouvoir protège les grosses fortunes et s’acharne contre les salariés. Contraint de reculer, alors qu’il se disait inflexible, sur la suppression d’une demie part pour les parents d’étudiants touchant l’APL, le gouvernement projette des augmentations d’impôts déguisées supportées largement par les classes moyennes et une réforme des retraites particulièrement inique.

Avec de telles conceptions, comment attendre la mise en place d’une politique éducative ambitieuse s’appuyant sur un service public rénové et doté de moyens conséquents !

Bien au contraire, cette rentrée rime avec suppressions de postes, absence de remplacement, nomination de nouveaux enseignants non formés, mise en place d’une réforme en seconde tellement précipitée que les manuels ne sont pas prêts, avec notamment l’application des mesures prévues au lycée pour l’accompagnement et le conseil (création d’une fonction de tuteur, mise en place de l’accompagnement personnalisé), malgré l’opposition de la FSU, problèmes d’affectation et diminution de l’offre de formation !

On ne peut évidemment pas espérer d’un gouvernement qui maltraite à ce point la jeunesse qu’il accorde de l’importance aux personnels dont la mission consiste à la former, à favoriser son développement et sa réussite scolaire et professionnelle ! Le blocage des salaires équivalant à une nouvelle baisse du pouvoir d’achat, les suppressions de postes déjà réalisées et à venir, les plans sociaux pour des enseignants en particulier des voies technologiques sommés de se reconvertir sur leur temps libre, tout ceci augure mal de l’année scolaire à venir.

Pour les CIO aussi la période est très tendue

Chacun garde en mémoire la mobilisation qu’il a fallu déployer en fin d’année dernière pour faire évoluer un texte sur les missions au départ inacceptable (voir info rapide N° 17 de Juin et analyse du Snes sur le site http://www.snes.edu/-Groupe-de-travail-ministeriel-2009-.html). Toutefois la forme que prendra ce texte issu des discussions dépend du Ministre. Il est probable que le Cabinet va persister dans sa volonté de réécrire le décret statutaire. Jusqu’où ira-t-il ? Quel sort sera réservé aux Directeurs ? Les CIO pourront-ils conserver leur spécificité ?
L’avenir des CIO est des plus précaires. Le MEN ne cache pas sa volonté de « restructurer » le réseau. Dans le privé, on sait bien à quoi ce terme correspond ! Les Recteurs vont donc s’attaquer à la carte des CIO et proposer des fusions, des fermetures et des rapprochements avec les autres structures par le biais des cités des métiers, très en vogue actuellement ! L’attitude des départements, certes préoccupante, est un prétexte inespéré pour occulter les responsabilités de l’Etat dans la défense des CIO et l’attribution des budgets à la hauteur des besoins. Quelles seront les conséquences de la mise en place du service public d’orientation tout au long de la vie pour nos services ? Quel sera l’impact de la réforme des GIP (forme juridique permettant le regroupement de l’Etat, des collectivités territoriales et du privé) sur l’évolution voulue par le MEN pour les CIO ?

Dans le même temps, la mise en place des plateformes multimédia de l’ONISEP avance. Il va falloir trouver des personnels pour y contribuer. Quelle sera la nature de leur intervention ? Quelles seront leurs conditions de travail ? Ce qui a été proposé à nos collègues de Médiacom ne nous semble pas, en l’état actuel, relever d’une qualification de co-psy à Bac + 5 ! Va t-il s’agir de demander aux conseillers de lire des scripts de réponse par téléphone ou de faire des copiés-collés pour les réponses en ligne ? En outre, l’expérience de la plateforme de Grenoble en dit long sur la manière dont l’administration conçoit le volontariat !

Le corps a déjà perdu près de 800 titulaires, inégalement remplacés par des collègues contractuels selon les académies. Les mesures prises pour annuler les avantages concernant les retraites des mères de trois enfants risquent d’accélérer les départs en Juin prochain dans un corps très féminisé et relativement âgé (du point de vue de l’état civil bien sûr !).

Les réponses du MEN à toutes ces questions ne seront pas identiques selon la détermination que les personnels seront prêts à montrer.

Le SNES, pour la première fois, au vu de la gravité de la situation, appelle à faire grève le Lundi 6 Septembre, pour imposer une politique éducative ambitieuse et un plan de recrutements massif qui tienne compte des besoins des jeunes et de la remontée démographique.

Cette grève sur les questions d’éducation est totalement liée à l’action sur la défense de l’emploi, des salaires et contre la réforme des retraites proposée par le gouvernement. Le 7 Septembre correspond au premier jour de discussion à l’assemblée. Il est essentiel de montrer notre opposition à ces projets dans un cadre interprofessionnel.

Le 6 et le 7 doivent être l’occasion d’informer les enseignants, les parents, les élus, des enjeux de la réforme de l’orientation, de prendre les heures mensuelles d’information syndicale et de participer aux AG d’établissement. Notre action a déjà eu de premiers effets. Il faut la poursuivre pour obtenir le développement d’un véritable service public d’orientation au sein de l’Education Nationale, doté de CIO reconnus et de toutes les garanties du point de vue des missions et du statut.

Autres articles de la rubrique Archives 2010