Actualité théâtrale

"A quelques pas d’elle" au Tarmac de la Villette, jusqu’au 29 septembre

Michèle Nguyen, auteur et interprète de ce texte, née en Algérie d’un père vietnamien et d’une mère Belge, était intéressée par le thème du Vietnam qui est à moitié son pays. "A quelques pas d’elle" est le résultat de deux voyages qu’elle effectua au Vietnam. Le premier a servi à capter des sons et à réaliser des interviews. Le second, consacré à l’élaboration du spectacle, favorisa l’approche de la danse traditionnelle vietnamienne.
A quelques pas d’elle est l’aboutissement d’un long travail d’écriture basé sur la musicalité de la parole, sur la gestuelle et la danse, et sur des textes mêlant le monde des mythes à celui du quotidien ordinaire.
Le son du quotidien est devenu musique, les bruits d’une circulation intense, des klaxons, des cris d’enfants, des aboiements de chiens se mélangent et produisent ce fond sonore qu’on isole ou qui accompagne le texte.
Mise en scène par Alberto Garcia Sanchez, ce spectacle qu’on peut voir sur la scène du Tarmac de le Villette jusqu’au 29 septembre est magnifique. A la fois poétique, drôle et infiniment gracieux, il est également d’une subtilité et d’un intelligence rares. On garde longtemps après le noir, l’image de la silhouette menue de Michèle Nguyen et de son visage qui passe en une fraction de seconde du masque grave à l’expression d’espièglerie la plus réjouissante. On est ému et dans le même instant, on rit de bon cœur. La phrase leitmotiv du spectacle dit : "Ce que je voulais, c’est vous parler d’une certaine musique, une musique que j’ai entendue là-bas". C’est effectivement cette musique qu’on entend mais c’est aussi en écho, une multitude de révélations qui nous arrivent, d’infimes détails de la vie qui en disent long, de ceux qui, mis bout à bout, composent l’essentiel. A voir, absolument.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)