Troisième

3ème (Arrêté, grille horaire, commentaires)

Classe de troisième
10 avril 2006

CYCLE D’ORIENTATION : CLASSE DE TROISIEME

- Article 1 - Les enseignements du cycle d’orientation du collège (classe de troisième) sont organisés conformément à l’annexe du présent arrêté.

Ils sont constitués d’enseignements obligatoires et d’enseignements facultatifs, dans les conditions définies à l’article 2 du présent arrêté.

Chaque élève peut également participer aux diverses activités éducatives facultatives proposées par l’établissement.

- Article 2 - Dans le cadre des enseignements facultatifs, les élèves peuvent suivre un enseignement de trois heures, soit de langue vivante étrangère ou régionale, soit de latin, soit de grec, soit de découverte professionnelle.

En complément des contenus enseignés dans le cadre des différentes disciplines et de l’éducation à l’orientation, le module de découverte professionnelle vise à offrir aux élèves une ouverture plus grande sur le monde professionnel et à les aider à poursuivre leur réflexion sur leur projet d’orientation. Ce module est ouvert à tous les élèves.

À titre transitoire, ce module peut être porté à six heures pour les élèves en grande difficulté repérés en voie de décrochage scolaire à la fin du cycle central : il vise alors à mieux préparer l’accès à une formation qualifiante au moins de niveau V. Dans ce cas, les élèves ne suivent pas, à titre dérogatoire, l’enseignement obligatoire de langue vivante 2. Cette dérogation requiert l’accord des parents ou du responsable légal.

L’éventuelle reconduction du module de six heures ne se fera qu’après évaluation du dispositif au terme de l’année scolaire 2006-2007 présentée et débattue au Conseil supérieur de l’éducation.

- Article 3 - Les élèves inscrits dans un module de découverte professionnelle peuvent recevoir tout ou partie de cet enseignement en lycée professionnel.

Si le module de six heures entraîne la constitution d’une classe, celle-ci est implantée plutôt en lycée professionnel, en concertation avec les équipes des collèges concernés.

L’implantation d’une classe en lycée professionnel est décidée par l’autorité académique, après consultation des instances compétentes.

Dans tous les cas, une convention doit alors être signée entre le collège et le lycée professionnel. Le choix de la scolarisation d’un élève dans une telle classe de troisième implantée en lycée professionnel incombe aux parents ou au responsable légal.

- Article 4 - Dans le cycle d’orientation, chaque collège dispose d’une dotation horaire globale de 28 heures 30 hebdomadaires par division de troisième, pour l’organisation des enseignements obligatoires.

L’autorité académique alloue les moyens nécessaires à la mise en œuvre d’une carte académique des modules de découverte professionnelle.

Un complément de dotation, modulé par les autorités académiques en fonction des caractéristiques et du projet de l’établissement, peut être attribué aux établissements, notamment pour le traitement des difficultés scolaires importantes.

- HORAIRES DES ENSEIGNEMENTS APPLICABLES AUX ÉLÈVES DE LA CLASSE DE TROISIÈME-

enseignements obligatoires
Français 4h30
Mathématiques 4h
Langue vivante étrangère 3h
Histoire-géo-éducation civique 3h30
SVT 1h30
Physique-Chimie 2h
Technologie 2h
Langue vivante 2 (régionale ou étrangère) 3h
Arts plastiques 1h
Education musicale 1h
EPS 3h
enseignements facultatifs
Découverte professionnelle 3h ou 6h
Langue vivante 2 (régionale ou étrangère) 3h
langue ancienne (latin, grec) 3h
heures de vie classe 10h annuelles

(1) Le module découverte professionnelle peut être porté à 6 heures. Dans ce cas, les élèves ne suivent pas l’enseignement obligatoire de LV2.

(2) Langue vivante régionale ou étrangère :
- LV2 régionale pour les élèves ayant choisi une LV2 langue étrangère au titre des enseignements obligatoires ;
- LV2 étrangère pour les élèves ayant choisi une LV2 régionale au titre des enseignements obligatoires.

(3) Dans la mesure des possibilités des collèges (capacité d’accueil et organisation des emplois du temps), certains élèves peuvent suivre à la fois un enseignement de latin et de grec.

Commentaires du SNES

Considérant qu’il n’était pas acceptable de multiplier les dispositifs dérogatoires (7,7 % des élèves de troisième étaient scolarisés à la rentrée 2003 dans une troisième d’insertion, technologique ou préparatoire à la voie professionnelle), le SNES est intervenu lors du débat sur la nouvelle troisième pour que ces élèves soient ramenés dans le cursus ordinaire et que leur soit garanti l’accès à un tronc commun. C’est à l’aune de ce principe que nous n’avons pas rejeté l’idée d’un module de découverte professionnelle de 6 heures en lycée professionnel, à condition qu’il soit installé de façon transitoire pour un " public " d’élèves très limité et qu’il soit assorti de moyens importants pour réussir l’entrée de ces élèves dans les apprentissages, notamment ceux du tronc commun à tous les élèves de troisième. Le SNES a obtenu que la LV2 figure pour la première fois dans les enseignements obligatoires et que seuls les élèves choisissant le module de découverte professionnelle de 6 heures en soient exemptés. Les amendements qu’il a présentés conjointement avec le SNEP au cours du CSE du 24 juin 2004 visaient à préciser la notion de découverte professionnelle, à restreindre l’accès du module de 6 heures aux élèves les plus en difficulté, à supprimer les troisièmes d’insertion et toute forme de classe dérogatoire, à exiger des moyens. Il restait à donner un contenu formateur à la notion de découverte professionnelle, comme élément de culture générale au sein des programmes scolaires et comme modalité pédagogique particulière. Mais l’Arrêté du 14/02/05 qui fixe les orientations pédagogiques de cette option d’un genre particulier n’a pas été à la hauteur de nos demandes. Deux autres amendements ont permis de préserver l’identification des disciplines artistiques, toujours menacées, et les horaires de 2 heures en technologie et sciences physiques. Malgré les avancées obtenues par rapport au projet d’arrêté initial et la reprise de la quasi-intégralité de leurs amendements, le SNES et le SNEP se sont abstenus sur le vote final pour protester contre la baisse des moyens accordés au second degré et l’absence de financement spécifique du nouveau dispositif.
L’insuffisance des moyens affectés à ce dispositif a rendu difficile sa mise en oeuvre : le rapport de l’IG de janvier 2007 montre l’extrême diversité des situations selon les établissements, quant aux moyens affectés et au public choisi. Par ailleurs, à côté des 3ème DP6 continuent à exister des 3èmes d’insertion.

En l’absence de financement spécifique, la décision du Ministre Gilles de Robien d’ouvrir à la rentrée 2006 l’option de découverte professionnelle dans tous les collèges ne peut que fragiliser les autres options (ainsi que les rares dispositifs d’aide existants). Les contenus mal définis de cette option et l’absence de formation des personnels risquent d’aboutir à des activités étroitement liées aux emplois locaux existants et à livrer les élèves au lobbying des chambres patronales.

Autres articles de la rubrique Troisième