Actualité théâtrale

Théâtre de l’Est Parisien, jusqu’au 19 décembre

"2084, un futur plein d’avenir" de Philippe Dorin /Compagnie Flash Marionnettes - Mise en scène et musique Ismaïl Safwan

Sont-ce les deux larrons qui suivent inlassablement un troisième personnage ou ce troisième personnage qui ne cesse de précéder les deux autres ?
Dans "2084, un futur plein d’avenir", quand quelqu’un veut s’isoler ne fut-ce que pour prendre un casse-croûte, il est rappelé à l’ordre par ses congénères qui lui signifient qu’un tel projet est extravagant et contraire à la règle.
Et un robot qui aurait l’audace de se singulariser serait sur le champ envoyé au crash test par un de ses collègues.
Contre ces abus de pouvoir, les tentatives d’uniformisation, il reste encore le rire mais la lutte est inégale. Une tentative de révolution tournera court et même les comédiens-marionnettistes, quand ils osent sortir de l’ombre pour danser un tango ou discuter avec les marionnettes se voient congédiés par elles-mêmes… Grâce à la puce électronique, Manipulator, qui les commande, elles sont devenues autonomes et ont perdu leur "humanité".

Depuis sa création en 1981, la Compagnie Flash Marionnettes n’a cessé de renouveler le genre d’une expression théâtrale déjà en pleine évolution.
"2084, un futur plein d’avenir" montre jusqu’où peut aller l’inventivité dans ce domaine et à quel point, le spectacle de marionnettes peut tout autant que le théâtre traditionnel, être porteur de messages et dénoncer les dérives de notre "modernité".
On peut assister à ce spectacle à partir de 9 ans mais tout le monde sera gagnant à le voir.
Une réussite.
Francis Dubois

Théâtre de l’Est Parisien
159 avenue Gambetta 75 020 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 64 80 80
www.theatre-estparisien.net

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)