Quelques prises de positions du Snes et de la FSU

2004 Communiqué du 5 décembre A propos d’un article paru dans l’US n°610

Le Secrétariat général et le groupe documentation du SNES

Nous sommes alertés depuis 24h, par de nombreux enseignants documentalistes, mais aussi par des enseignants d’autres disciplines et des Mi Se, au sujet de l’article de l’US n°610 consacré aux remplacements.

Cet article contient en effet des formulations maladroites et en tout cas regrettables puisqu’elles peuvent laisser penser que l’on accepterait pour les documentalistes et les Mi Se ce que l’on refuserait pour les autres enseignants.

Cette erreur est le résultat d’une conjonction de facteurs :

• Il y avait nécessité de combattre le projet du ministre de modifier les décrets de 50 en donnant aux chefs d’établissements un pouvoir de réquisition.

Nous avons donc voulu montrer dans l’US qu’il y avait possibilité dans le cadre de la réglementation actuelle d’assurer la continuité du service public pour les absences de moyenne et longue durée (titulaires remplaçants), mais aussi de courte durée.

C’est dans cet esprit que nous avons rappelé le mandat de Strasbourg (*) qui était la dernière expression du Snes sur le sujet. Le sens de ce mandat étant de ne pas nier la question des absences de courte durée et travailler des formes d’accueil des élèves favorisant le développement de l’autonomie dans le travail en respectant la qualification et les apports spécifiques des différents professionnels

• Nous avons travaillé dans une très grande précipitation pour boucler 3 US successives collant le plus possible à l’actualité

• La place limitée dans les 4 pages nécessitait une écriture forcément ramassée

Ces différents facteurs ont conduit à des écritures successives de plus en plus éloignées du texte initial. Il faut y ajouter une relecture qui n’a manifestement pas été suffisamment collective.

Cette erreur que nous regrettons, ne devrait pas remettre en cause l’action que mène le SNES depuis des années et qu’il a, bien entendu, l’intention de poursuivre. Elle met aussi en évidence la nécessité que soit mieux pris en compte à tous les niveaux du syndicat la réalité du métier d’enseignant documentaliste. Nous proposons qu’une prochaine réunion du secrétariat national soit consacrée à ce sujet avec la participation des responsables du groupe documentation du SNES.

Peut être faudra-t-il aussi revoir à l’occasion du prochain congrès d’avril le mandat du SNES sur les remplacements de courte durée (ci-dessous) qui ne mentionne pas l’aggravation des conditions de travail des professeurs documentalistes : disparition des emplois jeunes, développement des TICE, montée en puissance des TPE et apparition des IDD, ni la nature essentiellement pédagogique que doit garder l’encadrement en CDI et qui nécessite des créations massives de postes de certifiés documentalistes.

En tout état de cause, dans l’immédiat il faut combattre les projets Fillon dangereux pour l’avenir de l’Ecole et qui menacent chacun d’entre nous et chacune des catégories dans l’exercice du métier. Et donc réussir la grève du mardi 7 novembre.

Les Secrétaires Généraux : Bernard Boisseau, Gisèle Jean, Claudie Martens, Frédérique Rolet

Les responsables du groupe documentation du Snes : Danielle Courtoux, Jean-Pierre Hennuyer, Patrick Lainé

(*) Dans le cas d’absences très courtes ne permettant pas une efficacité réelle de l’acte pédagogique, la continuité du service public d’éducation doit être assurée par une amélioration des conditions d’accueil des élèves (dans l’objectif de participer au développement de leur autonomie) en respectant la qualification des personnels et la spécificité des lieux : permanences, foyer, CDI. et dans le cadre d’une amélioration des équipements et de l’accroissement du nombre des personnels concernés.

Autres articles de la rubrique Quelques prises de positions du Snes et de la FSU