Années 1990-1999

1998 : emplois-jeunes dans les CDI, faisons le point !

L’arrivée des emplois jeunes dans les C.D.I. est souvent cacophonique.

Certains enseignants documentalistes ont été mis devant le fait accompli ou n’ont pas eu voix au chapitre pour élaborer un profil et un contenu des missions. D’autres qui avaient, dans le cadre d’un projet de service, fait état de leurs besoins en aide n’ont droit à la présence d’un jeune que quelques demi-journées par semaine ! La polyvalence est imposée sans aucune concertation.

Plus graves sont les dérapages avec l’ouverture en responsabilité des C.D.I. par les emplois jeunes. Certains collègues, malheureusement, s’en accommodent. D’autres, beaucoup plus nombreux, sont l’objet de pressions, de chantages à l’emploi du temps, aux crédits... L’on voit des C.D.I. ouverts par des emplois jeunes les jours de congés maladies, de stages Ma.f.p.e.n, de grève ! Cela suffit !

Nous avons déjà connu de nombreux abus avec les C.E.S. Nous ne posons pas le problème en termes de confiance ou de méfiance. Nous estimons simplement que les emplois jeunes n’ont pas à se trouver en responsabilité d’ouvrir un centre de ressources aux élèves. Il nous faut faire appliquer la circulaire, toute la circulaire : « appui aux documentalistes ». L’on trouve même des collèges toujours privés d’un poste complet d’enseignant documentaliste, où un titulaire académique vient deux jours par semaine, où le C.D.I. fonctionne le reste du temps avec un C.e.s. et (ou) un emploi jeune.

Ces abus doivent faire l’objet d’une prise en charge syndicale dans les établissements concernés. Il ne faut pas laisser aux seuls documentalistes la responsabilité de « gérer le problème ». Ce serait trop facile. Le ministère doit créer les postes, tous les postes d’enseignants documentalistes nécessaires à un véritable fonctionnement pédagogique des C.D.I.

L’arrivée des emplois jeunes peut être bénéfique mais elle doit déboucher sur la mise à l’étude d’une fonction statutaire d’aide documentaliste.

Nous avons été reçus au ministère le 30 avril sur l’ensemble des revendications de notre profession. Nous demandons, par ailleurs, rendez-vous à l’inspection générale établissements et vie scolaire. Certains I.p.r. se sont prononcés contre l’ouverture des C.d.i. par des emplois jeunes. D’autres éludent la question ou approuvent Nous avons besoin d’un maximum de témoignages, positifs et négatifs, sur cette question des emplois jeunes. Écrivez-nous rapidement.

Danielle Courtoux, Jean-Pierre Hennuyer

Us n° 464 du 9 mai 1998

Autres articles de la rubrique Années 1990-1999

  • Le C.d.i alibi ?
    Le C.d.i . est le seul lieu où le libre accès à l’informatique est possible. Et, forcément, il y a surchauffe. Parce que beaucoup d’élèves ne maîtrisent pas les procédures de base. Parce que les attentes... Lire la suite (Avril 2004)
  • 1998 : C.D.I, de mal en pis !
    Les échos recueillis sur cette rentrée sont assez catastrophiques. Certes le nombre de titulaires académiques a un peu diminué avec les quelques créations de postes par les rectorats, mais cette... Lire la suite (Mai 2004)
  • 1999 : quel plan ?
    Dans son projet provisoire, la Charte pour la réforme des lycées prévoit que « les travaux sur projets amèneront les élèves à mieux utiliser les centres de documentation » et qu’ « un plan sera mis à... Lire la suite (Mai 2004)
  • 1999 : Action nationale aucune réponse
    Plus d’une centaine de documentalistes se sont rendus au ministère le 12 mai. Treize académies étaient représentées pour remettre les 1700 premières signatures de notre pétition nationale. Elles... Lire la suite (Mai 2004)
  • 1999 : Une réforme des collèges sans enseignants documentalistes
    Les mesures annoncées pour le collège des années 2000 marginalisent (délibérément ?) les C.d.i. et les enseignants-documentalistes. Certes, on affirme que « l’apprentissage de la démarche... Lire la suite (Mai 2004)