Années 1990-1999

1997 : une vision réductrice du métier

Il faut constater que toutes les revendications concernant les enseignants documentaliste sont bloquées depuis des années :

- plus de créations de postes malgré les retards considérables dans certaines académies (23 collèges sans postes à Poitiers, 29 à Caen, 42 à Toulouse, 29 à Bordeaux etc.). Des collèges ouvrent sans créations (3 en Seine Saint-Denis !) ;

- une dégradation de l’emploi : 1 documentaliste sur 5 est T.a. ;

- un recrutement dérisoire : 200 postes au Capes 1997 ;

- aucune avancée catégorielle ;

La raison de ces blocages n’est elle que budgétaire ? Oserons nous affirmer que la vision réductrice et minimaliste du rôle du C.d.i. et des documentalistes y contribue aussi fortement, de nos établissements au ministère ?

Accepterons encore longtemps de nous voir refuser notre qualification d’enseignant documentaliste ? 1 seul documentaliste par établissement (et encore !), absence de secrétariat dans les C.d.i., ouverture du C.d.i par les C.e.s. et maintenant par les V.s.n. *

Accepterons nous encore longtemps d’être détournés de nos taches scientifiques et pédagogiques, pour gérer les manuels scolaires, assurer de fait des permanences, nous voir « proposer » des services de vacances ?

Accepterons nous encore longtemps le silence regrettable de la plupart des inspecteurs « vie scolaire » dont on pourrait attendre la défendre de notre rôle pédagogique et qui nous laissent la plupart du temps désarmés, face aux tracasseries et aux abus de pouvoir ?

Dans ce contexte, nous avons émis un avis très réservé sur le projet de circulaire de la D.l.c. concernant les compétences documentaires (cf. Us n° 421 et 435).

Nous avons notamment demandé :

- l’introduction d’un paragraphe sur le rôle de l’enseignant documentaliste qui n’existait même pas ;

- la suppression du rôle pédagogique du chef d’établissement dans le domaine des apprentissages documentaires ;

- une véritable orientation nationale et non de simples recommandations, ce qui suppose une place institutionnelle pour la formation à l’information (heures dédoublées, modules dans les disciplines) et un taux d’encadrement en enseignants documentalistes.

Depuis des années, nous ne sommes pas entendus sur ces exigences.

Le nouveau ministre doit engager au plus vite des négociations sur un plan pluri annuel de créations de postes et de recrutements, sur tous nos contentieux catégoriels et sur une véritable reconnaissance pédagogique du rôle des C.d.i et des enseignants documentalistes.

Danielle Courtoux, Jean-Pierre Hennuyer

Us n° 437 du 23 juin 1997

Autres articles de la rubrique Années 1990-1999

  • Le C.d.i alibi ?
    Le C.d.i . est le seul lieu où le libre accès à l’informatique est possible. Et, forcément, il y a surchauffe. Parce que beaucoup d’élèves ne maîtrisent pas les procédures de base. Parce que les attentes... Lire la suite (Avril 2004)
  • 1998 : C.D.I, de mal en pis !
    Les échos recueillis sur cette rentrée sont assez catastrophiques. Certes le nombre de titulaires académiques a un peu diminué avec les quelques créations de postes par les rectorats, mais cette... Lire la suite (Mai 2004)
  • 1998 : emplois-jeunes dans les CDI, faisons le point !
    L’arrivée des emplois jeunes dans les C.D.I. est souvent cacophonique. Certains enseignants documentalistes ont été mis devant le fait accompli ou n’ont pas eu voix au chapitre pour élaborer un... Lire la suite (Mai 2004)
  • 1999 : quel plan ?
    Dans son projet provisoire, la Charte pour la réforme des lycées prévoit que « les travaux sur projets amèneront les élèves à mieux utiliser les centres de documentation » et qu’ « un plan sera mis à... Lire la suite (Mai 2004)
  • 1999 : Action nationale aucune réponse
    Plus d’une centaine de documentalistes se sont rendus au ministère le 12 mai. Treize académies étaient représentées pour remettre les 1700 premières signatures de notre pétition nationale. Elles... Lire la suite (Mai 2004)