Snes

1997 : courrier au Ministre M Allègre

Paris, le 6 novembre 1997

Denis PAGET
Secrétaire Général Adjoint
Danielle COURTOUX
Jean-Pierre HENNUYER
Responsables documentalistes

Monsieur Claude ALLEGRE
Ministre de l’Education Nationale
Ministère de l’Education Nationale
110, rue de Grenelle
75007 PARIS

Monsieur le Ministre,

Nous souhaitons attirer votre attention sur la situation des enseignants documentalistes et des centres de documentation et d’information.

1°) Les postes
Il n’y a pas de créations prévues au budget 1998 de l’Education Nationale de postes de documentalistes et cette situation persiste depuis plusieurs années. De leur côté, les rectorats, ne créent plus aucun poste. Le dernier bilan de la couverture en postes de documentation est une réponse à un parlementaire datée du 15.4.96. Elle laissait apparaître que 356 collèges ne disposaient toujours pas d’un poste de documentaliste et que seulement 457 lycées ou lycées professionnels sur 2 662 possédaient plus d’un poste.

Cette situation n’a pratiquement pas évolué et elle est totalement insatisfaisante. Parallèlement un cinquième des enseignants documentalistes est aujourd’hui maintenu dans la précarité comme titulaire académique.
Nous ne pouvons admettre que les emploi de documentation occupés par ces collègues ne soient pas transformés en postes définitifs.

2°) Le rôle pédagogique des CDI
Il est évident qu’il ne peut être rempli dans les conditions actuelles d’encadrement des élèves.
Le développement des compétences documentaires (Cf circulaire DLC à paraître) suppose l’organisation d’une véritable formation dans les collèges et les lycées : concertation avec les équipes pédagogiques, préparation des travaux, évaluation des compétences.

Cette nécessaire formation à l’information ne peut se concevoir que dans des centres de ressources riches, convenablement structurés et intégrant les technologies de l’information et de la communication.

Cela signifie que le documentaliste doit réserver un temps important à la gestion du fonds documentaire.

Il a aussi en charge le développement de la lecture et la formation de lecteurs autonomes.

L’information de la communauté scolaire est également très prenante.

Les attentes des élèves et des enseignants en direction des centres de documentation et d’information ne font que croître.

L’implication des enseignants documentalistes dans les technologies d’information et de communication est réelle mais celles-ci pour être bien utilisées supposent une véritable formation des élèves qu’un seul documentalistes par CDI ne peut assurer.

Pour faire face à cette multitude de tâches, le taux d’encadrement en enseignants documentalistes est dramatiquement insuffisant. Nous demandons un plan pluriannuel d’implantation de postes définitifs et le retour à un volume conséquent de recrutements. Le nombre de postes aux Capes de documentation doit augmenter dès 1998.

La création d’emplois jeunes dans les CDI pour aider les enseignants documentalistes dans la gestion et leur permettre de se consacrer mieux à leur rôle pédagogique n’est pour nous qu’une étape vers la création d’emplois de secrétaires de documentation. Il suffit de comparer les conditions de travail dans les CDI et la lecture publique pour que cette revendication apparaisse pleinement justifiée.

3°) Les contentieux catégoriels
Nous tenons à vous rappeler tous les contentieux catégoriels et discriminations dont sont victimes les enseignants documentalistes :
- parité avec les autres enseignants pour le paiement des travaux supplémentaires (études, projets, formation) ;
- ISOE ;
- blocage de carrière par l’absence d’agrégation ;
- redéfinition du service en référence au statut des certifiés (18 h x 1,5), inspection spécifique.

Tous ces dossiers sont bloqués depuis la création du CAPES en 1990.
Nous vous demandons, Monsieur le Ministre, l’ouverture de négociations et une audience sur tous ces dossiers.

Denis PAGET
Danielle COURTOUX
Jean-Pierre HENNUYER

Autres articles de la rubrique Snes