Snes

1996 : demande d’audience auprès de l’ Inspection Générale Vie Scolaire

Monsieur le Doyen,

Nous avons l’honneur de solliciter une audience sur la situation des enseignants documentalistes. Nous constatons qu’elle ne s’améliore absolument pas et que le malaise dans la profession est très profond.

Tous les aspects de la profession se sont tellement développés qu’il est illusoire de la faire assumer par un seul documentaliste par établissement.

La gestion du centre de ressources multimédia, la formation de tous les élèves à la recherche dans un système documentaire, l’animation et le suivi des élèves en lecture, l’information régulière et diversifiée de la communauté scolaire, l’accueil pédagogique des élèves au C.d.i..., mettent quotidiennement les documentalistes devant des choix impossibles.

Nous constatons que le rythme des créations de postes reste totalement insuffisant, ce qui se traduit par l’importance du nombre des titulaires académiques, leur utilisation comme titulaires remplaçants, et surtout le mécontentement et la démotivation de la professions.

Le ministère a décidé de réduire drastiquement le nombre de postes mis au C.a.p.e.s. de documentation, ce qui révèle qu’il refuse d’aller vers un taux d’encadrement en enseignants documentalistes.

A ce propos nous récusons totalement la notion « d’équipe d’animation et de gestion autour du documentaliste » mentionnée dans le rapport 1994 de l’ Inspection Générale sans aucune référence à l’exigence de qualification.

Nous vous rappelons que nous sommes en total désaccord avec les recrutements massifs de contrats emploi solidarité dans les C.d.i et les dérapages maintes fois constatés (C.d.i ouverts par ces personnels). Le recours aux C.e.s. a révélé la nécessité de personnels techniques dans les C.d.i et nous demandons la mise à l’étude de la création de ce corps.

Nos collègues restent trop souvent soumis à des « tracasseries administratives » non négligeables :
- emplois du temps imposés sans concertation, sans aucune considération pédagogique ;
- litiges sur les 6 h.
- heures de C.d.i., études dirigées imposées ;
- ramassage et distribution des manuels scolaires...

Le S.n.e.s. demande une nouvelle définition du service des enseignants documentalistes qui corresponde mieux à l’évolution de leur métier.

D’autre part ceux-ci se voient écartés de la possibilité de promotion par l’absence d’agrégation ; ils sont toujours victimes de discriminations statutaires (rémunération des travaux supplémentaires dont les études, I.s.o.e.).

Nous vous rappelons que nous souhaitons la création d’une inspection spécifique.

D.C. J-P. H

Paru dans l’U.s. n° 392 du 23 février 1996

Autres articles de la rubrique Snes